Un livre au coin du feu : Sigolène Vinson

« Un livre au coin du feu », c’est votre rencontre littéraire présentée par Nicolas Houguet, autour d’un ou d’une auteur-e de son choix. Vendredi 8 janvier à 20h, nous partons à la rencontre de Sigolène Vinson et de son livre La Canine de George, dont la sortie est prévue le 6 janvier 2021 aux Editions de l’Observatoire.

Pour vous inscrire à l’événement, c’est par ici.

Ouvrir un livre de Sigolène Vinson, c’est entrer dans un rêve. Se faire à une folie et à un monde qui s’inventerait des codes. Une poésie qui se vit. C’est se laisser porter par une ivresse étrange et fascinante. Un film de David Lynch où il ne manquerait pas le tendresse. Une drogue singulière et douce qui envelopperait votre âme. Lire Sigolène Vinson, c’est lire un sortilège.

C’est quelqu’un qu’on aime dans ses mots, dont on découvre l’audace et la spontanéité désarmante comme celle d’un jeu d’enfants. C’est une énigme assez belle pour n’être jamais totalement élucidée. C’est la magie d’un texte qui n’appellerait pas d’explications. Juste des images qui portent comme des contes de Miyazaki, fantasques et envoûtants.

La Canine de George qui sort le 6 janvier aux éditions de l’Observatoire, est son sixième roman. Et c’est tout cela. Un rêve chamanique, un voyage psychédélique et une déclaration d’amour à George Harrison. Tout part d’une dent, la canine qui lui donne son sourire si particulier et si beau. Et puis cela appelle des personnages qui sont autant de variations de lui et d’elle. C’est magnifique et c’est indescriptible. Ça s’inscrit dans les astres comme des destins sacrés. Des songes que les matins ne parviendront jamais à effacer.

On a envie d’en parler avec elle.

On a envie de croiser son regard immense, si proche des esprits et de voir son sourire qui éclate.

On a envie d’entendre sa voix que l’on devine à chaque phrase.

Car elle ressemble à ses textes et à leur puissante magie.

Elle est une femme-poème.

L’idée de ces rencontres au coin du feu, c’est cela. Se réunir autour d’un auteur et raconter l’émergence d’une œuvre. Tout ce qui la nourrit et tout ce qui l’anime. Recueillir son mystère pour affronter la nuit avec un regard et des rêves en plus. Une parole qui accompagne et des mots qui irradient comme des étoiles. Qui s’incarnent dans un auteur comme dans son lecteur.

Dire cette alchimie que peut être la belle littérature.

Nicolas Houguet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s