Vu du Costa Rica – « J’aimerais contribuer davantage. »

A chaque numéro, Combat laisse carte-blanche à une personne « d’ailleurs » qui nous livre son point de vue sur l’époque.

Je contribue, bien sûr. Je m’efforce de rester conscient et de rendre les choses un peu meilleures chaque jour. Mon parcours universitaire le rend incontournable : nous avons tous un impact, matériellement, sur notre environnement. Chaque décision, chaque consommation, chaque habitude, a un coût associé ; et il y a beaucoup de gens, avec beaucoup d’habitudes, qui consomment dans le monde entier. De nombreuses sociétés et petites entreprises, qui produisent.  

Je vis dans une zone rurale d’un petit pays privilégié. J’ai passé toute ma vie entouré de montagnes, à faire des randonnées sur les rivières et à nager dans les riches côtes du Pacifique. J’observe quotidiennement le contraste entre la forêt qui m’entoure et la zone métropolitaine en expansion, dans la vallée. Sur une petite parcelle de terre aussi riche, il me peine de ne pas voir des efforts mieux informés et mieux dirigés pour la conserver et l’utiliser (dans cet ordre). 

J’ai passé toute ma vie d’adulte dans les sciences et l’ingénierie. Il m’a fallu 8 ans pour obtenir mon diplôme d’une excellente université qui ne m’a rien appris sur la conscience sociale. Je travaille actuellement comme ingénieur qualité, aidant à produire des appareils qui peuvent littéralement sauver la vie d’une personne. J’ai la possibilité de mettre mon éducation au service des gens tous les jours dans mon travail ; mais je voudrais contribuer davantage. 

Par exemple : j’essaie d’évaluer de façon critique chaque achat que je vais faire. En ai-je vraiment besoin ? Si la réponse n’est pas un « oui » retentissant – j’essaie de ne pas l’acquérir. Lorsque je dois acheter quelque chose, je prends des sacs et des conteneurs réutilisables dans la mesure du possible. Quand j’ai fini de consommer, je sépare mes déchets (j’ai la chance d’avoir une administration locale qui a un bon programme de recyclage). J’essaie de consommer moins de produits à base de viande bovine, en raison de leur contribution aux gaz à effet de serre. 

Tout cela me semble nécessaire, mais finalement inefficace. Le fait que je recycle n’arrêtera jamais la progression de la déforestation dans le monde. Nous sommes trop nombreux à partager la planète ; et l’effort individuel ne sera jamais suffisant, même si nous le romançons. 

Il faudra des efforts coordonnés – au niveau local, sectoriel et mondial – pour assurer la longévité de notre espèce. Nous avons vu d’innombrables fois les effets de la cupidité, de l’orgueil et de l’arrogance des hommes. La réglementation, la planification et la surveillance sont nécessaires pour les activités humaines qui ont l’intervention ou l’impact le plus important sur la planète. Pour ne citer que quelques exemples : l’industrie énergétique, l’industrie alimentaire, l’industrie des transports et la fabrication d’appareils électroniques. 

Outre leur étendue et leur portée, un facteur clé qui confère à ces industries un potentiel de nuisance élevé est le progrès technologique qui les accompagne. L’évolution de la technologie se fait très rapidement (et le plus souvent à huis clos). La capacité des outils est bien plus grande que notre compréhension de leur impact ; ainsi, notre capacité politique à rendre les efforts de conservation concrets est fortement réduite. 

La recherche est le seul moyen de générer des politiques efficaces et adéquates. Elle nécessite un processus et une plate-forme de production de connaissances qui permettent de prendre les bonnes décisions en matière d’utilisation et d’exploitation des ressources.  L’intégration de multiples acteurs sociaux est nécessaire pour que la recherche soit large et inclusive. Il est nécessaire d’aligner le processus de recherche sur les différentes voies de mise en œuvre – planification institutionnelle du projet, mécanismes de financement, etc. En bref, il existe de nombreux facteurs qui doivent être bien alignés afin de mener à bien le processus allant de l’étude universitaire à la mise en œuvre réussie de projets de conservation et à l’amélioration de notre relation avec l’environnement.  

Les efforts privés font certainement de la recherche et contribuent au bien-être de la société, mais en général, la valeur marchande du produit ou de l’activité est privilégiée par rapport à sa valeur sociale (ou son coût). La valeur sociale de cette activité ou de ce produit doit être attribuée par nous, en tant que société, et je dis ensuite : « où nous allons placer nos valeurs ? »

Je le fais un peu, mais j’aimerais contribuer davantage. Je voudrais que mon travail quotidien génère des connaissances qui permettent à plus de gens de vivre pleinement, sur la planète Terre, avec une meilleure qualité de vie, avec moins d’impact sur l’environnement. J’aimerais être dans un laboratoire pour inventer le matériau qui remplacera le plastique, ou dans une institution d’État pour diriger l’étude sur laquelle se baseront les nouvelles réglementations pour la protection de nos ressources. 

Le Costa Rica est un pays construit sur l’idéal du bien-être social. Un pays énormément riche en biodiversité, en ressources naturelles et en éducation. Je suis ingénieur grâce à l’enseignement supérieur public que ce pays offre depuis des décennies. Malgré cela, il existe peu d’options pour générer des connaissances à fort impact social. Bien que la recherche se fasse dans les universités publiques, nous n’avons pas encore trouvé la clé de l’extension des connaissances. Nous ne savons pas comment donner une valeur économique à des concepts intangibles tels que la conservation de la nature ou le développement humain, dans une société qui mesure tout par l’utilité potentielle. C’est le vide qu’il nous reste à combler. 

Je crois en ce que Charlie Chaplin a dit dans son film de 1940 : « dans ce monde, il y a un champ pour tout le monde, et la bonne Terre est riche et peut subvenir aux besoins de tous. » Mais nous avons perdu notre chemin. Je pense que nous devons continuer à agir à tous les niveaux possibles – individuel, local, régional, national et mondial – pour coordonner ces efforts. Il ne sera pas facile de repousser l’influence des grands acteurs économiques, les nouveaux mouvements rétrogrades (anti-science, etc.), ou même simplement la force de l’habitude car « nous avons toujours fait comme ça ». Cependant, je crois qu’il y a plus de gens dans le monde qui croient en un avenir avec de meilleures conditions. Plus équitable, plus inclusif et durable. 

Nous sommes confrontés à une catastrophe ; comment puis-je contribuer davantage ? 

Ariel Dickerman

Cet article fait partie de la sélection gratuite issue de notre revue numéro 3.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s