« En mer, la sensation de liberté est achevée »

A l’occasion de la Journée mondiale de la mer, Combat propose une sélection d’articles maritimes. Partie plusieurs semaines autour de l’Amérique Latine en catamaran, Solène Robin nous livre un témoignage photos tout en poésie !

Nous quittons Cartagene, en Colombie pour rejoindre Taganga. Je fonce à 20 ou 30 nœuds à la barre de Josee, un monocoque de 16 pieds avec deux autres de mes coéquipiers. Je ne le sais pas encore mais je m’apprête à essuyer la plus grosse tempête de ma vie. Nous traversons une zone de convergence inter-tropicale, qui se caractérise par des vents instables, changeants et difficiles à anticiper. Tout l’équipage semble tendu à bord, moi je me sens apaisée, la puissance de la mer m’a souvent fascinée, mais elle ne m’a jamais inquiétée. Les occasions de surfer sur les vagues sont si rares qu’il ne s’agit pas de les rater lorsqu’elles se présentent. La sévérité de la mer m’attendrit encore chaque jour. J’ai l’impression qu’elle fait tout pour me rendre heureuse. Si de nombreux marins adorent la mer, beaucoup ne s’y baignent jamais car ils ne ressentent aucun plaisir au contact de l’eau. Moi, c’est ce que je préfère. Lors de la navigation, j’ai pris l’habitude de reproduire cette danse aquatique qui consiste à tourner sur moi même pour découvrir que l’on a que l’horizon pour paysage. C’est dans ces moments que la sensation de liberté est achevée. Il n’y a qu’en mer où l’on peut vivre ça.

Les photos et le texte sont de Solène Robin

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s