Citation de la semaine

La nuit est venue, pareille à un saut de carpe à la surface d’une eau violette et les étranges lauriers s’entrelacent un ciel qui descend de la mer

André Breton, Poisson soluble, 1924
Louvres at night, Aleksander Gierymski, 1892

La citation

Comment entamer cette interprétation sans s’attarder sur la nuit ? Sujet cher à la littérature et aux arts, nous lui avons récemment dédié notre numéro 5, “La nuit nous appartient”. La nuit, c’est l’inconnu, le monde onirique, une invitation à la découverte loin des lumières de la journée. André Breton nous peint ici une toile maritime nocturne, avec ce « ciel qui descend de la mer” et la couleur violette de l’eau, qui invitent à un chamboulement de nos sens et de nos habitudes à travers l’inversion des repères traditionnels.

Pour ce qui est du reste, nous vous invitons à vous laisser porter par le texte poétique, et à savourer la résonance qu’il prend avec votre propre perception grâce à l’implicite des images et la liberté de l’interprétation propre au surréalisme.

André Breton, poète du surréalisme

Son entrée en littérature se fait sous le signe du dadaïsme aux côtés de Tristan Tzara. Suite à la Première Guerre mondiale, il s’agit de repartir de zéro, de tout détruire. Mais autour des années 1920, André Breton rompt avec ce mouvement, qu’il juge trop négatif et dont la réponse littéraire lui paraît trop infantile. 

C’est alors qu’il publie en 1924 Le Manifeste du surréalisme qui le place à la tête de ce nouveau mouvement littéraire. Il y définit le surréalisme comme un “automatisme psychique pur”, cherchant à libérer la parole de la logique pour se laisser guider par l’irrationnel, le rêve, l’absurde, le symbole, la révolte. Le réel et l’imaginaire se fondent l’un dans l’autre.

Des études en psychiatrie qu’il a mené avant la guerre découlent peut-être la primauté de la folie comme force créatrice et le rôle de l’inconscient freudien dans le processus d’écriture. En effet, dès 1924, folie et inconscient deviennent le cœur même de l’écriture littéraire, lieux d’une fascination sans précédent. 

Pour les atteindre, les surréalistes ont recours à la très fameuse technique de l’écriture automatique, que Breton met en œuvre dans son recueil les Champs magnétiques. Au bord du sommeil, encore dans un ailleurs, hors de la conscience, l’écriture naît. C’est alors que des images se collent, s’étonnent. L’absence de logique, leur absurdité, leur irrationalité verbale créent une poésie hors du commun touchant dès lors une justesse indécelable à l’œil nu et clair. La raison ne dicte plus la pensée et libère dès lors la poésie. 

Poisson soluble

Le recueil apparaît comme une illustration poétique du Manifeste du surréalisme publié par André Breton en septembre 1924. A l’origine, il était d’ailleurs prévu que le Manifeste soit la préface de Poisson soluble : le poète a fait le choix de les dissocier pour que ses revendications poétiques puissent prendre toute leur envergure. L’image qui deviendra le titre du recueil est tout de même évoquée dans le Manifeste :

“(…) voici le “poisson soluble” qui m’effraye bien encore un peu. POISSON SOLUBLE, n’est-ce pas moi le poisson soluble, je suis né sous le signe des Poissons et l’homme est soluble dans sa pensée !”
L’édition finale de Poisson soluble rassemble trente-deux “historiettes” choisies par André Breton parmi la centaine de textes en écriture automatique rédigés entre le mois de mars et le mois de mai de la même année. On retrouve pour thèmes principaux le désir, l’amour, le mythe, le rêve et les femmes, dans une poésie qui se veut déconnectée de la raison et des carcans littéraires. Il affirme que trente-et-un des textes sont “purement automatiques”, et que l’agencement du recueil est lui aussi fortuit : “tout au plus un souci de variété et d’aération entre eux, comme dans les colliers, a décidé de leur enchaînement”.

Par Zoé Maquaire et Marion Muller

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s